DÉPART DE MADININA

Le rêve s’arrête là, dans la foule de l’aérogare où je plonge comme dans le plus grand des déserts. L’Île aux Fleurs en surimpression 3D s’y évanouie et ses couleurs se figent sur les écrans silencieux. Je quitte presque le sol car je marche sur un miroir et lorsque je lève la tête, la surface d’en bas haut vacille, à fleur d’eau.

 

D’après un SMS de Wilfried P.

LES ROLLING STONES, CHÂTILLON, JUIN 2014

La lumière sous les platanes sur la petite place de la Mairie inonde les pierres. L’eau coule à la fontaine. C’est l’été avant l’été. Je suis assis en terrasse*. J’ai sans doute commandé un café. Peut-être un repas. La radio est branchée sur une station qui passe de la musique des années soixante-soixante-dix et entre autres les Rolling Stones. Plusieurs morceaux d’un même album (que je ne connais pas). Ce dont je me souviens c’est de la musique qui s’est appropriée tout l’espace et sans doute plus. C’est comme si elle avait été composée juste pour cet instant et pas seulement pour me permettre de le reconvoquer et de le ramener jusqu’à moi au hasard de la mémoire. C’est un moment parfait d’éternité ou peut-être tout simplement la mélodie du présent.

 

* Terrasse du Café de la Mairie à Châtillon-en-Diois (Drôme)